JULE AU FETEN

Voilà maintenant un an, jour pour jour, que Jule, Marga, Benito et Bea ont fait leurs premiers pas à Grenade avec l’aide inestimable et tout le savoir-faire de La Rous, Rosa Díaz que, nous tous et toutes, appelons affectueusement l’Andereño.

Ces journées ont été fortes en intensité, en émotion, mais aussi riches en rires, en découvertes, ainsi qu’en un long etc.

C’est ainsi que fut donné le coup d’envoi à la grande aventure que nous fait vivre le spectacle JULE.

Et puis ce fut le tour des répétitions, des musiques, des univers sonores, des costumes, puis encore et toujours des répétitions.

Le public qui a répondu présent dès le premier instant, était un public exceptionnel, curieux et avide de théâtre, friand d’histoires le transportant dans le domaine de l’imaginaire : ce fut le cas des élèves de l’école de Plentzia avec lesquels nous avons partagé, non sans un brin de nervosité, une première représentation à entrée libre, à l’issue de laquelle un large sourire a fini par se dessiner d’une oreille à l’autre sur nos visages. JULE était né.

La première de ce spectacle s’est déroulée au Salon de l’humour 2018 (Umore Azoka), avant de nous faire parcourir bon nombre de villes où nous avons retrouvé ce même regard complice, participatif et émouvant auprès du public.

2019 a démarré avec l’heureuse surprise de voir notre spectacle JULE sélectionné pour sa participation au Salon européen des arts de la scène pour enfants (FETEN), dans le cadre duquel le théâtre de rue s’est trouvé un espace de représentation qui ne cesse de se consolider au fil des ans.

30 ANS DÉJÀ !

Alors même que le monde de Trump veut construire un mur, qu’en Andalousie Vox monte en puissance et qu’au Brésil, Bolsonaro souhaite voir les petits garçons habillés en bleu et les petites filles en rose, et ainsi de suite car la liste est encore longue ; nous, nous fêtons nos 30 ans d’existence. De moins en moins naïfs et de plus en plus conscients du monde dans lequel la survie des Arts de la scène ne tient qu’à un fil, nous sommes d’autant plus attentifs à ce qui se passe autour de nous, à tout ce qui nous retourne les tripes, car aujourd’hui elles ont de quoi être retournées.

30 ans à rêver d’histoires et à toucher le public, droit au cœur. 30 ans pendant lesquels nous avons vu poindre sur nos têtes nos premiers cheveux blancs, et que nos os commencent à nous faire souffrir, vu que nous n’avons toujours pas trouvé la solution nous permettant de nous téléporter, ou encore de charger et décharger nos fourgonnettes automatiquement.

À ce stade, regarder derrière nous n’est plus possible, si ce n’est pour se rappeler qui nous sommes et ne surtout pas l’oublier. Aujourd’hui, il ne nous reste plus qu’à savoir comment poursuivre notre petit bonhomme de chemin initié en 1989. Aujourd’hui, il ne nous reste plus qu’à aller de l’avant, car comme le dirait Benedetti, on est foutus et rayonnants, sans doute bien plus foutus que rayonnants, mais aussi vice-versa.

Prochains événements: