FEMMES, ne sous-estimez jamais une femme qui fait du tricot.

Alors qu’aux États-Unis, un homme de 70 ans portant le même nom que le canard de Disney, mais en bien moins drôle, fait des siennes entre les murs à construire, les reculs sociaux et un long etc., dans le reste du monde les choses ne vont pas bien mieux.Dans ce panorama aussi incertain que surréaliste de mandataires inconscients et d’une population au bord d’un accablement profond, quatre grands-mères, quatre femmes âgées, quatre vieilles ont décidé de se moquer du qu’en dira-t-on et de descendre dans les rues pour mener leur propre révolution, petite ou grande, le poing levé, pour revendiquer non seulement le rire, mais aussi le fait que vivre dans ce monde devient absurde.

Tremblez, grands gouvernants de ce monde, car la rébellion FEMMES commence cette année au festival international FIT CARRER DE VILAREAL en passant par l’UMORE AZOKA, le KALEALDI, le KALDEARTE et par bien d’autres localités du monde entier.

Voici venue l’heure de la transgression et de la provocation, l’heure de se lancer dans les rues et de se faire entendre ! Préparez vos passe-montagnes car la révolte ne fait que commencer !

AU REVOIR 2016 / BONJOUR 2017

La rue nous attire, nous encourage, nous donne à manger, nous donne le frisson. Nous sommes nés dans la rue et à chaque représentation nous mourons un petit peu en elle.

L’année 2016 nous a offert plein d’opportunités, nous avons pu voyager en Slovénie, nous avons participé à Donostia 2016 (à travers le programme Zubideak), nous avons connu le Festival del Sur à Agüimes, nous avons mené notre Tómbola 0,0 (0 agression, 0 inégalité) aux fêtes de plusieurs quartiers de Bilbao, nous avons fait plein de kilomètres et visité à nouveau des places que nous connaissions bien, et aussi connu quelques lieux nouveaux, une année de plus nous avons joué Les Amphitryons et avons réalisé les voyages théâtralisés de @Begotxudelbotxo et son amie Mirentxu à travers la ria de Bilbao dans le Basque Fest, nous avons de nouveau participé à Fitur, nous avons été dans le Txikigune de l’Aste Nagusia de Bilbao avec le Bilbobusa Gorri et son chauffeur Alonso, nous avons eu l’occasion de participer dans des forum professionnels de Rencontres et Festivals nationaux et internationaux, nous avons une année de plus promené Olentzero et tout son cortège à travers les rues de Bilbao, et aussi à Abusu et San Inazio, etcétéra. Heureusement, ou plutôt, avec beaucoup de travail. En effet, le théâtre entraîne derrière lui beaucoup de travail, de personnel…

Nous avons commencé l’an 2017 et nous entrevoyons un nouvel an plein de possibilités pour notre compagnie. De nouveaux défis, encore plus d’allégresse si cela est possible, comme le fait d’essayer d’amener notre révolution sénile singulière à tous les villages, villes, capitales possibles avec notre spectacle FEMMES. Ces adorables, des fois pas tellement, petites vieilles pour qui le fait de protester est leur bélier et l’humour l’arme plus puissante pour arracher le rire au public.

Nous allons aussi rire et jouer avec JULE, le nouvel spectacle de rue pour un public familial que nous avons déjà commencé à travailler avec beaucoup de soin avec Rosa Diaz, La Rous. JULE va nous parler de la capacité imaginative et des rêves aventuriers, de l’importance des rapports entre générations dans les familles ou de l’absence de ceux-ci.

Et nous retournerons la nuit avec un spectacle dirigé à un public adulte avec une nouvelle coproduction, cette fois-ci avec le Théâtre Arriaga.

Mais nous allons aussi travailler comme toujours sur plein de projets de théâtre ci et là, qui nous donnent la vie et nous l’enlèvent en même temps. Bien que dans ce cas-là il s’agisse bien sûr d’une belle mort.

Nous vous souhaitons une année pleine de théâtre. A toutes et à tous.

Prochains événements: