AU REVOIR 2016 / BONJOUR 2017

La rue nous attire, nous encourage, nous donne à manger, nous donne le frisson. Nous sommes nés dans la rue et à chaque représentation nous mourons un petit peu en elle.

L’année 2016 nous a offert plein d’opportunités, nous avons pu voyager en Slovénie, nous avons participé à Donostia 2016 (à travers le programme Zubideak), nous avons connu le Festival del Sur à Agüimes, nous avons mené notre Tómbola 0,0 (0 agression, 0 inégalité) aux fêtes de plusieurs quartiers de Bilbao, nous avons fait plein de kilomètres et visité à nouveau des places que nous connaissions bien, et aussi connu quelques lieux nouveaux, une année de plus nous avons joué Les Amphitryons et avons réalisé les voyages théâtralisés de @Begotxudelbotxo et son amie Mirentxu à travers la ria de Bilbao dans le Basque Fest, nous avons de nouveau participé à Fitur, nous avons été dans le Txikigune de l’Aste Nagusia de Bilbao avec le Bilbobusa Gorri et son chauffeur Alonso, nous avons eu l’occasion de participer dans des forum professionnels de Rencontres et Festivals nationaux et internationaux, nous avons une année de plus promené Olentzero et tout son cortège à travers les rues de Bilbao, et aussi à Abusu et San Inazio, etcétéra. Heureusement, ou plutôt, avec beaucoup de travail. En effet, le théâtre entraîne derrière lui beaucoup de travail, de personnel…

Nous avons commencé l’an 2017 et nous entrevoyons un nouvel an plein de possibilités pour notre compagnie. De nouveaux défis, encore plus d’allégresse si cela est possible, comme le fait d’essayer d’amener notre révolution sénile singulière à tous les villages, villes, capitales possibles avec notre spectacle FEMMES. Ces adorables, des fois pas tellement, petites vieilles pour qui le fait de protester est leur bélier et l’humour l’arme plus puissante pour arracher le rire au public.

Nous allons aussi rire et jouer avec JULE, le nouvel spectacle de rue pour un public familial que nous avons déjà commencé à travailler avec beaucoup de soin avec Rosa Diaz, La Rous. JULE va nous parler de la capacité imaginative et des rêves aventuriers, de l’importance des rapports entre générations dans les familles ou de l’absence de ceux-ci.

Et nous retournerons la nuit avec un spectacle dirigé à un public adulte avec une nouvelle coproduction, cette fois-ci avec le Théâtre Arriaga.

Mais nous allons aussi travailler comme toujours sur plein de projets de théâtre ci et là, qui nous donnent la vie et nous l’enlèvent en même temps. Bien que dans ce cas-là il s’agisse bien sûr d’une belle mort.

Nous vous souhaitons une année pleine de théâtre. A toutes et à tous.

FEMMES

Nous sommes bel et bien vivantes, ce spectacle est donc bien un spectacle vivant !

Dans le cadre du Festival International des Clowns d’Arrigorriaga, nous avons inauguré vendredi dernier notre dernier montage de rue intitulé : FEMMES.

À cette occasion, notre volonté a été de nous passer de tout l’appareillage technique et des structures métalliques inhérents à un grand nombre de nos productions. Sans aucun emballage musical ni fond sonore, sans les lourdes structures occupant des heures de montage interminables ni fourgonnette dont la charge aurait été calculée au millimètre cube près, ayant néanmoins bon nombre de fois frôlé le poids autorisé. Voilà seulement quatre personnes, quatre femmes d’un certain âge qui occupent la rue leur tenant lieu de scénographie, de guide pour un jeu qui vise à déclencher des relations avec le public tout en se tenant au plus près de lui, ce qui a toujours été notre point fort, et qui critiquent avec ironie et humour notre environnement, notre société ; rire de nous-mêmes, de la nature de l’être humain, tel est le but de cette représentation.

Nous sommes redescendues dans la rue telle qu’elle est, il s’agit-là d’un retour aux sources à travers une proposition vivante et en mutation permanente, à travers des actions sans cesse revisitées en fonction de ce qui se produit autour de nous et de ce qui nous arrive. Mesdames et Messieurs, ceci est un organisme vivant qui vient de voir le jour et qui a besoin de temps pour grandir, et c’est bien ce à quoi nous nous attachons. Places, villages et villes défileront sous nos yeux, sans doute prendrons-nous des avions vers des destinations où les langues parlées nous serons inconnues et incompréhensibles, nous nous produirons dans des endroits où il y aura des enfants casse-pieds, qui mangeront leur goûter sous notre nez, mais dont le désir sera de se retrouver parmi nous, de regarder et de participer ; et le spectacle sera chaque fois différent, un work in progress, autrement dit une construction en cours à proprement parler.

Nous sommes bel et bien vivantes car la profession, le théâtre de rue se retrouve aujourd’hui noyé parmi les autres arts de rue, les maigres budgets faisant passer sur le devant de la scène des spectacles à bas coût nécessitant peu de montage, peu de main d’œuvre, s’adaptant à tout type de lieu ainsi qu’à tout type de public. Nous sommes bel et bien vivantes et nous souhaitons rire de la vie, de la crise, du monde et de ses scandales financiers, politiques et moraux.

Nous sommes bel et bien vivantes et nous nous mettons à la place de nos mères, de nos grands-mères, de toutes celles qui ont su mener leur vie de front comme elles ont pu, en fonction des circonstances qui leur ont été données de vivre, mais qui ont encore beaucoup à dire, bien qu’elles sentent le souffle du temps se réduire pour elles comme peau de chagrin. Nous sommes bel et bien vivantes et cela ne fait que commencer !

#guerrillafemmes

Prochains événements: